Cluj-Napoca

Visite des étudiants du CIFE Diplôme des hautes études sur la transition et la gouvernance énergétique globale à Cluj-Napoca – Organisée par FSPAC, Université Bolyai University - 18 au 22 février, 2019

 

George Jiglau et Anca Sinea, de la Faculté des sciences politiques (FSPAC) de l'Université Babes Bolyai de Cluj-Napoca, Roumanie, ont accueilli du 18 au 22 février des étudiants du programme énergie du CIFE (Master in Global Energy Transition and Governance). Avec les étudiants de cette faculté, les étudiants du CIFE ont débattu de la question de la pauvreté énergétique et de la justice en Roumanie. 

La première session de la matinée a été organisée autour d'un world café qui a permis aux étudiants de débattre entre eux des facteurs et des conséquences de la pauvreté énergétique dans les pays d'Europe centrale et orientale, des mesures possibles pour y remédier et des moyens novateurs de coopérer et de financer les politiques. Pendant 3 heures, les élèves ont discuté et ont trouvé des propositions très intéressantes pour les 3 sujets. 

Les résultats de ce brainstorming ont été présentés aux experts ENGAGER (réseau de lutte contre la pauvreté énergétique dans le cadre de l'action COST) lors de la session du lendemain matin. Des questions ont été soulevées et discutées avec les experts sur les héritages communistes, la fracture rurale/urbaine, la qualité (ou le manque de qualité) du parc immobilier comme principaux moteurs de la pauvreté énergétique dans les pays d'Europe centrale et orientale. La question de l'aide sociale a été soulevée dans le cadre des solutions possibles tout en examinant dans le même temps comment réduire les subventions énergétiques. Cela les a amenés à faire la distinction entre pauvreté énergétique et justice énergétique et à réfléchir à la manière de repenser l'ensemble du système énergétique pour éviter les gagnants et les perdants du secteur énergétique en transformation. Enfin, la dernière partie de la discussion a consisté à débattre de la nécessité de trouver des moyens novateurs d'aborder la question. Le premier point a souligné la nécessité de renforcer les partenariats, notamment avec les ONG qui comblent actuellement les lacunes créées par la faiblesse des institutions dans les pays d'Europe centrale et orientale. Le deuxième point portait sur le financement et le système fiscal et sur la manière de réorienter les subventions existantes pour éviter les inégalités. Enfin, l'établissement d'un climat de confiance entre les intervenants et entre les intervenants et les collectivités a été un autre élément clé du débat.

La dernière séance de la matinée a été consacrée aux théories de la justice. Cette session a été dirigée par le Professeur Irena Kantor et discutée avec George Jiglau et Anca Sinea du FSPAC. L'application des théories de la justice au secteur de l'énergie est très pertinente pour montrer les lacunes du système, sachant que la justice est loin d'être le principal moteur du décideur politique comme le montre le décret d'urgence introduit en Roumanie le 28 décembre 2018. Le contenu de la loi sur l'aspect énergétique est rédigé de manière tellement confuse que toutes les interprétations et compréhensions sont possibles, ce qui peut facilement conduire à des discours populistes à la fin. La distinction entre droits, droit et justice doit être gardée à l'esprit lorsque l'on traite des questions de pauvreté énergétique et des mesures pour y remédier. A cette liste de concepts s'ajoute l'équité.

Toutes les séances de l'après-midi ont été consacrées aux visites et aux rencontres avec les intervenants locaux.

Les étudiants ont eu un échange avec Daniel Dranca, chef du bureau de l'efficacité énergétique de la mairie qui a exposé les projets de la ville sur les questions d'efficacité énergétique dans le bâtiment public, l'amélioration de l'éclairage public pour réduire la facture énergétique, introduire des bus électriques. Les débats ont fait ressortir la nécessité d'une bonne gouvernance à tous les paliers de gouvernement pour élaborer des projets appropriés, obtenir le financement, sensibiliser les gens et améliorer la transparence du processus décisionnel.

Cette réunion a été suivie d'un rendez-vous avec le PDG de la société de chauffage urbain, Regia Autonoma de Termoficare, Cluj-Napoca. Cette entreprise fournit 50 000 appartements en chaleur et en eau chaude grâce à 200 installations réparties dans la ville et à 16 km de canalisations. 80 millions d'euros ont été investis pour améliorer le système informatique et l'efficacité des chaudières à gaz afin de mieux servir le consommateur final. Les investissements réalisés en coopération avec des entreprises étrangères ont permis de réduire la consommation de 30 % au cours des 10 dernières années, ce qui s'est traduit par une réduction des effectifs de 1 000 à 110 personnes. La stratégie de l'entreprise au cours des 10 prochaines années est de se lancer dans la cogénération dans toutes ses usines, d'améliorer les installations d'énergie renouvelable et d'aller directement chez les clients. En ce qui concerne les consommateurs vulnérables, l'entreprise n'a pas d'obligations particulières ni de politique particulière, que ce soit en termes de tarifs ou de services fournis. L'hôtel de ville est responsable de l'octroi de subventions énergétiques et d'un soutien spécial aux familles dans le besoin. La visite de la salle de dispatching et d'une installation a été l'un des temps forts de cette visite.

L'après-midi suivant, une visite guidée a été organisée dans la ville par Valentin de Cluj Guided Tours. Cette visite a permis aux étudiants de visiter des zones résidentielles et industrielles afin de mieux comprendre les problèmes de logement liés à l'absence de procédures d'urbanisme harmonisées, à la gestion de la coopérative et à l'aménagement du territoire.

La rencontre du dernier après-midi de cette grande semaine à Cluj a impressionné les étudiants. Ils ont eu la chance de rencontrer Linda Greta Sziga, militante des droits de l'homme et tête de liste d'un nouveau parti politique, Demos (Democratie Solidaritate). Elle a expliqué comment, il y a près de dix ans, sa communauté rom a été expulsée des lieux où elle vivait parce que ses terres avaient été prises par l'Eglise et comment elle s'est retrouvée sur la décharge de Pata Rât, dans la banlieue de Cluj, dans un tas de déchets sans accès à un logement décent, ni électricité, eau ou chauffage. 400 familles vivent encore dans des conditions aussi indécentes. Des systèmes alternatifs ont été trouvés pour avoir accès à l'énergie dans ces établissements informels. Les familles qui sont légalement connectées revendent illégalement de l'électricité à leurs voisins, parfois à des prix excessifs. Cela conduit à des conflits au sein des communautés. La ville et les services publics tolèrent ces connexions illégales, ce qui les empêche d'agir sur le sujet, sauf lorsque les services publics ne sont pas payés et envoient la police pour déconnecter les familles. En tant que militante et politicienne candidate aux élections européennes, Linda Greta Sziga tente de défendre quelques priorités telles que l'accès à un logement décent, l'éducation, les services et les soins de santé pour tous.

Partager