Anciens  >  Témoignages d'anciens

TÉMOIGNAGES D'ANCIENS


Isabelle Weykmans, Belgique, DHEEI 2002/03 -  Ministre de la Culture et des Médias, des Monuments et Sites, de la Jeunesse et du Sport - Communauté germanophone en Belgique.
Les souvenirs de l’année passée à Nice sont tous des souvenirs positifs.
J’ai beaucoup apprécié de pouvoir apprendre et vivre avec des personnes de différents pays, ayant derrière elles des histoires et des cursus différents. Cette diversité était pour moi le point le plus enrichissant de ce programme de Master. Passer une année à l’étranger - je le recommande absolument à tout un chacun ! Les connaissances acquises ainsi me sont très utiles aujourd’hui, dans ma vie professionnelle.


Mihail Milev, Bulgarie, DHEEI 2003/04 - Commission européenne, DG de la concurrence.
Le Programme de Master de l’Institut a été ma première expérience internationale à proprement parler, j’y ai profité autant d’une formation de qualité que de professeurs extrêmement accessibles et prompts à apporter leur aide. Je suis particulièrement reconnaissant d’avoir eu l’occasion rare de rencontrer des chercheurs, des diplomates et des professionnels de si différents domaines des Relations internationales et des Études européennes, ce qui élargit considérablement ma compréhension des processus en cours, vus d’une grande variété d’angles. Cette approche m’a beaucoup aidé tout au long de ma carrière professionnelle et m’a permis de répondre aux défis du travail dans un véritable environnement international où une capacité d’adaptation et une bonne communication sont cruciales.


Roberto Neccia, Italie, DHEEI 1998/99 - Diplomate au Ministère italien des Affaires Etrangères.
L'année passée à l'Institut a représenté pour moi un tournant décisif pour mon parcours professionnel. En effet, j'ai participé à plusieurs activités du CIFE. Dès 1993, j'ai eu l'honneur de participer à la première Université d'été de Budapest. Puis, après une autre session en Hongrie, j'ai décidé de poursuivre mes études à l'Institut européen. Aujourd'hui, je suis particulièrement heureux de pouvoir travailler en tant que diplomate italien auprès du Ministère des Affaires Etrangères. Si j'ai réalisé mon rêve, c'est parce que j'ai eu la possibilité de poursuivre mes études auprès de cette prestigieuse institution où j'ai connu des amis précieux dont j'ai apprécié les qualités humaines et professionnelles. La compétence des enseignants et la qualité de la méthodologie utilisée a fortement marqué ma préparation en matière de relations internationales. Je garde bien sûr le contact avec la plupart de mes amis de promotion et j'espère pouvoir les rencontrer souvent en Europe !


Oleg Serebrian, Moldavie, DHEEI 1992/93 - Ambassadeur de la République de Moldavie en France et auprès de l’UNESCO.
Je suis arrivé à Nice quelques mois après la dissolution de l’URSS et cela a été ma première sortie à l’Ouest et en même temps ma première expérience en Occident. Là j’ai appris ce que signifie le processus d’intégration européenne, je connaissais un autre mode de pensée, de l’interprétation des événements historiques. En 2001 nous avons fondé le Mouvement Européen de Moldavie, un porte-voix de l’idée fédéraliste ici en Moldavie. Pendant les dernières années nous avons organisé en partenariat avec le CIFE l’Université d’été « L’Union Européenne et la Région de la Mer Noire ». Cela a lancé en Moldavie une véritable tradition d’éducation européenne de jeunes, fait qui encourage à organiser en commun d’autres projets.


Paul Arlman, DHEEI 1969-1970, Pays-Bas - Chairman Dutch Chapter at Transparency International, Ancien Secrétaire Général de la Fédération des Bourses Européennes à Bruxelles, Ancien Administrateur de la BEI et du groupe Banque Mondiale, Ancien Directeur international au Ministère des Finances à La Haye, Pays-Bas.
Ma décision initiale de passer une année en France dans le cadre de mes études était basée sur mon désir de me classer parmi les rares néerlandais qui peuvent se débrouiller couramment en Français. L’année d’étude, et je l’avoue de plaisir à Nice m’a appris en plus du français quelque chose qui est infiniment plus important, ce sont les contacts internationaux. Les hollandais ont en effet la réputation d’agir très directement et de ne pas facilement accepter l’opinion des autres. Je pense que le milieu international de l’Institut nous a appris exactement un certain degré de modestie. Des amitiés se sont formées avec entres autres Herman Waller (malheureusement décédé beaucoup trop tôt) des Pays-Bas, Ludvic Penka de la République Tchèque ou Fernanda Ferialdi de l’Italie. Maints professeurs ont laissés des impressions indélébiles, à savoir Alexandre Marc pour sa philosophie, Henri Brugmans pour ses histoires et Paul Isoart pour ses prédictions de la guerre du Vietnam. Tous les étudiants européens devraient être obligés à mon avis de faire une année d’étude dans une autre culture et juridiction. J’étais très heureux de voir mon fils passer une année à Berlin pour les mêmes raisons citées plus haut, la langue, les contacts internationaux et la compréhension..


Anna Boros, Hongrie, DHEEI 1997/98 - Assistant, Service de mesure et développement des performances, OTAN.
« L’unité dans la diversité ». Ce n’était pas juste un slogan qu’on entendait en classe, c’était avant tout une réalité tangible. L’année que j’ai passée dans cet environnement aussi amical que multiculturel fut une expérience inoubliable. Mais aussi enrichissante et unique, qui m’a permis d’apprendre le vrai sens du mot diversité. Jamais je n’aurais pu imaginer, lorsque j’ai visité le Conseil de l’Europe et le siège de l’OTAN en tant qu’étudiante que j’y travaillerais un jour. Encouragée par mes professeurs, je me suis servie des travaux de recherches effectués pour jeter les bases de mon doctorat… J’en éprouverai toujours de la reconnaissance.


Carlos Mascarell Vilar, DHEEI filière trilingue 2011/12, Espagne
Chargé de Mission en Gouvernance et Citoyenneté, Conseil des communes et régions d’Europe (CCRE), Bruxelles.

"Ce n'est pas seulement étudier l’Europe, mais la vivre" : le temps que j'ai passé à Nice est la parfaite combinaison de cette devise, car l’objectif n'était pas seulement d’approfondir nos connaissances sur l’économie internationale, le fédéralisme ou les Affaires européennes, mais également de vivre notre quotidien dans un contexte multiculturel. En outre, le fait d'étudier les différents sujets en trois langues était clairement une autre valeur ajoutée du DHEEI par rapport aux autres programmes européens existants. En fait, je n'aurais pas réussi à obtenir mon emploi actuel sans l’amélioration active du français, de l’ anglais et de l’allemand que j’ai trouvée dans le cadre de ce diplôme. De plus, ce programme a permis à ceux provenant d'autres horizons universitaires d’avoir un premier contact avec les affaires européennes et les relations internationales, tandis que pour d'autres, issus de Sciences Politiques ou des Affaires européennes par exemple, il nous a permis d'approfondir davantage nos connaissances. Et, bien entendu, la météo ensoleillée de Nice a rendu l’ensemble encore plus passionnant !"


Jeff Bridgford, Royaume-Uni, DHEEI 1973/74 - Conseiller spécial, Directeur non exécutif, Institut syndical européen (ETUI).
Mon année à l’Institut européen a été très agréable et profitable à maints égards. Elle m’a fourni la base pour des qualifications ultérieures en études supérieures aux universités de Manchester, de Strasbourg et de Newcastle upon Tyne, puis pour une première carrière dans le domaine de l’éducation supérieure en France et au Royaume-Uni. Elle m’a encouragé à me sentir à l’aise dans un environnement multiculturel et multilingue, ce qui m’a été fort utile lorsque je suis devenu le Directeur fondateur de l’Institut syndical européen en 1990. Enfin, elle m’a ouvert les yeux sur les joies de la Méditerranée, une région que j’ai visitée régulièrement depuis et où je m’installerai dans un proche avenir.


Pascal Drouhaud, France, DHEEI 1990/91 - Directeur-Président de la Haute École "groupe ICHEC-ISC St Louis-ISFS", Bruxelles.
A travers les différentes fonctions exercées dans les trente années qui ont suivi mon passage à l'Institut européen, pas un jour ne s'est passé sans que la réflexion que j'y ai découverte sur la transdisciplinarité et l'approche interculturelle ne m'ait inspiré ! En prime, un réseau de vrais amis dans l'Europe entière ! Du positif, rien que du positif, à part le regret de n'avoir pu m'y "retremper" plus souvent.


Erwan Fouéré, Irlande, DHEEI 1968/69 - Fonctionnaire de la Commission européenne en charge de la Politique d’élargissement et de communication, Ancien Représentant spécial de l’UE et Chef de délégation de la Commission dans l’Ancienne république yougoslave de Macédoine.
L’Institut a été pour moi un élément essentiel de ma formation?; l’année d’études que j’y ai passée a contribué largement à façonner et renforcer ma conviction européenne. J’ai été particulièrement sensibilisé à l’importance primordiale des valeurs humaines, au respect des différences dans l’État de droit (notamment par le fédéralisme). Plus tard, dans ma vie professionnelle et, en particulier, dans les postes que j’ai occupés en Amérique latine et, plus récemment, en Afrique du Sud, j’ai pu mettre en pratique ces enseignements et ces convictions.


Marina Penic-Levada, Croatie, DHEEI 2003/04
Ministère de la Science, de l’Éducation et des Sports de Croatie, Directoire pour la Coopération internationale et la Construction européenne.

L’année que j’ai passée à l’Institut a été une formidable expérience?: on a la chance de rencontrer des étudiants du monde entier, on assiste à d’intéressantes conférences et on apprend des choses par contact direct, on visite de nouveaux endroits et on a l’occasion de pratiquer trois langues étrangères à la fois. Le Master à l’Institut européen a été une excellente préparation pour mon emploi actuel, qui est lié aux affaires européennes. Au cours de cette année, j’ai également tissé d’importantes amitiés et le fait que nous n’avons pas manqué une seule occasion de passer nos vacances ensemble depuis l’obtention de nos diplômes en 2004 parle de lui-même.


Norbert Spitz, Allemagne, DHEEI 1984/85 - Directeur du Goethe-Institut (Centre Culturel Allemand) de Bangkok, Thailande.
Je profite de cette occasion pour me rappeler combien moi-même j'ai profité de cette année que j'ai passée à Nice. Grâce à cette formation je n'ai eu aucun problème pour m'orienter sur le "marché du travail". Depuis, ma carrière m'a mené vers le secteur culturel et je travaille depuis plus de vingt-cinq ans pour le Goethe-Institut. Après des stations à Copenhague, Khartoum, Munich, Montréal, Kabul et Beirut, Bangkok est devenu mon domicile actuel. Je suis toujours en contact régulier avec quelques-uns de mes collègues de la promotion 1984/1985. Donc, c'est non seulement la formation à l'Institut qui a influencé ma vie, mais aussi les amitiés que j'ai pu établir durant cette année.


Pierre Flahaut, Belgique, DHEEI 1966/67 - Assistant, Service de mesure et développement des performances, OTAN.
Mon année d'études à l'Institut européen a été particulièrement importante : de retour en France après un séjour en Amérique centrale de deux ans, l'Institut m'a fourni les moyens de réfléchir à l'évolution internationale et européenne en particulier. Lieu de débats, j'ai pu y affirmer certaines idées dans un environnement qui se prêtait à la réflexion et à la confrontation d'idées. L'Institut européen est sans nul doute synonyme de liberté et d'ouverture au monde !


Wolfgang Plasa, Allemagne, DHEEI 1969/70 - Visiting fellow, European Studies Council, Yale University, New Haven.
Comme il entrait dans mon intention de travailler pour la Commission européenne, il m’a bien évidemment été utile de rencontrer les fonctionnaires actifs de la Commission venus dispenser des cours à Nice. J’ai largement profité de l’enseignement philosophique que – je dois l’admettre – j’avais sous-estimé à l’époque. J’ai appris à chercher des solutions hors des sentiers battus et à appréhender les problèmes à partir de différents angles.
J’ai toujours été convaincu que la méthodologie de l’Institut européen inspire créativité et cohérence à la fois. Ma participation à ce cursus universitaire fut l’un de mes grands atouts pour mon avenir professionnel.


Partager